• La dette

    Évaluer les impacts que la gestion économique d’un pays peut avoir, à court ou moyen terme, sur les revenus de ses retraités est loin d’être une évidence. De grands spécialistes s’y penchent, et la plupart du temps, ne sont pas d’accord entre eux.

    Oui, mais c’est bien vous, retraité ou futur retraité, qui devrez en vivre les conséquences.

    Le plus simple est de se dire qu’on fera avec. De décider que si les montants versés ne changent pas, ou peu, on aura eu raison de ne pas y penser. Et que s’ils baissent, ou si les impôts et taxes augmentent, il sera toujours temps de réduire sa façon de vivre.

    Si tel est votre choix, et il est tout à fait respectable, inutile de lire la suite de cet article. Vous pouvez tout de suite passer au suivant.

    Si vous voulez au moins vous poser la question, ne serait-ce que pour ne pas vous engager dans une situation que vous ne pourriez maintenir à court terme, voici une approche tout à fait empirique du problème.

    Pour revenir à des situations qui nous sont plus habituelles, essayons de rapporter tous ces milliards à des valeurs que nous maîtrisons mieux, avec une petite métaphore :

     ----------------------------------------------

    Monsieur France vit grâce à sa famille, qui lui verse chaque mois 2560 euros. En retour, il les éduque, leur facilite la vie et assure en partie leur sécurité. Si on compte ses dépenses personnelles, il dépense mensuellement 3120 euros. Il est donc obligé d’emprunter chaque mois 540 euros.

    Cela fait près de 30 ans qu’il emprunte, tantôt plus, tantôt moins. Il doit maintenant 200 000 euros. Il paie près de 400 euros d’intérêts par mois et continue d’emprunter. Ses créanciers commencent à s’inquiéter.

    Au départ, il empruntait auprès de ses proches, puis il s’est mis à emprunter auprès d’étrangers. Aujourd’hui, ces derniers possèdent les 2/3 de sa dette.

    Ils étudient de plus en plus sa situation financière, et montent leurs taux d’intérêt. En effet, si Monsieur France voulait se libérer de sa dette, il faudrait non seulement qu’il arrête d’emprunter, mais également qu’il commence à rembourser. Il devrait donc réduire ses dépenses au moins d’un quart, ce qui semble très difficile. Il possède, c’est vrai, quelques biens mobiliers reçus en héritage. Leur valeur totale avoisine le montant de sa dette actuelle. Mais s’il vendait, il n’est pas sûr que ce soit dans de bonnes conditions. D’ailleurs, le plus souvent, il y loge des proches qu’il devrait reloger par une location, ce qui aggraverait ses dépenses.

    Certains pensent que Monsieur France pourra toujours dire qu’il ne remboursera pas. Tant pis pour les proches qui lui ont fait confiance. Mais lui se demande ce qui se passerait si les créanciers étrangers l’y contraignaient. Il a vu ce qui se passait chez un voisin, à peu près dans le même cas.

    Il sait que certains de ses enfants ont mis un peu d’argent de côté, pour leurs propres enfants, pour leurs vieux jours, pour des loisirs. De source sûre, ces épargnes se montent à environ 150 000 euros. Enfin, à la moitié seulement s’il ne leur remboursait pas ce qu’il leur doit. Pas de quoi éponger la dette dûe à des étrangers. Mais si la situation s’aggravait, il pourrait s’approprier tout ou partie de cette épargne. Cependant, même s’il s’arrangeait de leur colère, leur pécule ne se renouvellerait pas de sitôt, et il lui faudrait malgré tout réduire ses dépenses.

    Il peut toujours demander aux siens de lui verser plus, mais pour arrêter d’emprunter, pour commencer, à peine, à rembourser, il faudrait qu’il exige une augmentation de contribution de 25%. Le pourrait-il ? Ou alors faudrait-il qu’il réduise ses aides auprès d’eux de 10 %, pour n’exiger que 15 % de versements supplémentaires ? Ou tout autre ratio ?

     ----------------------------------------------

     Chaque Français faisant partie de la famille de Mr France, à vous de faire vos hypothèses, en fonction de votre position et de vos opinions, sur les impacts futurs sur votre retraite, vos dépenses, votre éventuel patrimoine, d’ici les 5, 10 voire 25 prochaines années.

    Vous pouvez parfaitement décider que vous ne serez pas concerné, ou que vous ne voulez pas y penser. Vous pouvez aussi appliquer une diminution de vos entrées, une augmentation de vos dépenses, à intégrer dans le calcul de votre budget.

     

    ********************

    « Quelle retraite aurez-vous ?La pyramide des âges (1/2) »
    Partager via Gmail