• Le choc des rêves perdus

    Vous êtes à deux et vous êtes presque en retraite.

    Que vous y ayez pensé ou non, que vous en ayez parlé ou non, chacun d’entre vous a des idées, des rêves pour cette partie de sa vie.

     

    Vous, vous l’avez peut-être imaginée pleine d’activités où vous pourrez, enfin, révéler des talents trop longtemps inutilisés. Vous rêvez voyages, implications, rencontres et moments intenses.

    Cependant il ou elle aspire plutôt à un repos bien mérité. Il ou elle se projette plutôt dans de longs épisodes tranquilles, où il ou elle prendra, enfin, le temps de laisser couler les jours.

     

    Ou, à l’inverse, vous, vous espérez un quotidien serein, parsemé de simples ballades et de partages avec vos petits-enfants. Vous pensez campagne, distance assumée, quiétude, lectures calmes en journée ou soirée.

    Tandis qu’il ou elle prévoit développer ses hobbys en tâches quasi professionnelles, voire de commencer une vraie deuxième vie, axée sur un relationnel important.

     

    Peu-importe : vous n’êtes pas, plus en phase. La vie à deux si soigneusement mise en place toutes ces années se fissure, et vous vous demandez où vous en êtes.

    Vous savez que le temps vous est compté. Face aux choix qui s’offrent à vous, vous entendez brusquement un tic-tac désagréable. Il vous reste quoi ? 5 ans pour faire ce que vous voulez faire ? 10 ans pour profiter de l’existence après tant d’années de travail plus ou moins apprécié ? 15 ans pour donner à votre vie le complément qui lui donnera un sens ?

    Déjà vous n’êtes plus tout à fait au top de votre forme. Bien sûr, vous vous débrouillez pour que cela ne se voie pas, mais vos forces, votre attention, votre mémoire ne sont plus les mêmes. Il est possible que le miroir vous renvoie des images désagréables : la prise de poids vous a atteint(e), ou elle vous guette.

    Face à vous, il ou elle a changé, aussi. Exit la fille souple au regard vif qui faisait battre votre cœur. Adieu l’homme fort auprès duquel vous aimiez vous lover. Il ou elle le sait, tout comme il ou elle sait pour vous. La preuve ? Des remarques anodines, des réflexions volontairement ou involontairement blessantes.

     

    Dure période : voilà qu’il vous faut tout à la fois faire le deuil de celui que vous étiez, aider votre conjoint alors qu’il traverse les mêmes affres, et reconstruire une vie à deux sur de nouvelles bases.

    Savoir que c’est une phase de vie normale, que tout le monde doit la franchir, ne vous aide guère. Que des contraintes familiales, des problèmes financiers, des soucis de santé ou de vieilles rancunes s’ajoutent, et tout peut exploser.

    Attention aux doutes injustifiés, aux mauvaises réactions, à la colère incontrôlée, aux décisions trop hâtives ! Vous êtes tous deux fragilisés. C’est le moment de se rappeler les fondamentaux. Qui vous êtes. Qui est votre conjoint(e). Pourquoi vous l’avez choisi(e). Pourquoi vous avez avancé plusieurs décennies ensemble.

     

    Prenez le temps de respirer.

    Les choses vous paraissent-elles graves parce qu’elles le sont, ou parce que vous n’êtes plus vous-même ?

    Vous allez encore changer, n’en doutez pas. Les premiers mois de retraite seront essentiels pour vous découvrir, pour découvrir l’autre. Les rêves que vous avez aujourd’hui ne sont peut-être pas aussi stables, aussi essentiels que vous le croyez.

    Concilier les aspirations de chacun n’est peut-être pas aussi impossible qu’il n’y parait.

    Trouvez-vous.

    Retrouvez-vous.

     

    ************************

    « Face au décèsUne petite pause »
    Partager via Gmail