• Masques et armures

    Pour vivre en société, vous avez appris, très tôt, à vous comporter en fonction des réactions supposées de vos interlocuteurs.

    À chaque rôle de votre vie correspond un masque aux règles subtiles : vous parlez à votre patron ? À un subordonné ? À un collègue ? À un commerçant ? À un enfant ? Sans même le vouloir, votre attitude, votre voix, changent pour correspondre au rôle que vous jouez.

    Nous portons tous, vous portez, ces masques, ces armures, qui vous protègent : ils vous disent comment agir à chaque instant, face à l’Autre, l’interlocuteur.

    Vous avez souvent passé une grande partie de votre vie à les établir, à les « peaufiner ». Parfois, vous ne les voyez même plus. Pour certains, ces masques sont devenus la vérité même. Sans eux, ils sont seuls, ils sont nus.

    Prendre sa retraite, c’est perdre un certain nombre de ces masques. D’autres seront durablement modifiés. Vous ne serez plus le cadre expérimenté que l’on respecte. Ni la vendeuse à qui l’on venait demander conseil. Oublié, le groupe de collègues, vos égaux, dont vous faisiez partie à la pause.

    En famille, vous ne serez plus cet adulte responsable qui se lève le matin pour aller affronter courageusement son lot de soucis.

    Vous devenez un retraité, cet être étrange qui, dans l’imaginaire populaire, a tout son temps et n’en fait pas grand-chose. Rares sont ceux qui demandent ce que vous faisiez, « avant », et encore moins nombreux sont ceux qui vous demandent ce que vous faites, « maintenant ».

    Faites le test avec un nouveau voisin : « Oh, vous êtes en retraite ? ». Tout est dit.

    Pendant les vacances, au moins, vous étiez un touriste, un vacancier, un individu en pause d’un travail qui vous donnait un sens.     

      

    À la retraite, il va vous falloir composer avec votre nouveau rôle, votre nouvelle position. Et en apprendre les règles. Certains se réjouiront de pouvoir être un peu plus eux-mêmes. D’autres, se sentiront un peu perdus. Blessés de perdre de l’importance, ils peuvent s’accrocher à un rôle qu’ils ont fini par confondre avec ce qu’ils sont vraiment.

    S’ils n’ont rien préparé, face au regard de l’Autre sans leur armure habituelle, ils auront parfois du mal à se glisser dans une nouvelle peau. Pour regagner un rang, pour apprendre un nouveau rôle dans leur famille, dans une activité qu’ils débuteront, il leur faudra faire preuve de patience et de détermination.

    C’est là que la retraite qu’ils toucheront chaque mois sera à la fois leur meilleure amie et leur pire démon. Leur amie, car c’est grâce à elle qu’ils assureront la vie courante. Leur démon, car grâce à elle, ils ne seront ni obligés ni incités à l’effort de reconstruire une position. Ils pourront se montrer difficiles, ils auront le temps, qu’ils pourront laisser filer, au risque de laisser le confort du quotidien leur ôter toute envie d’essayer.

    A contrario,  si vous, vous avez préparé cette nouvelle étape de votre vie, vous savez où vous voulez aller. Aidé par votre masque actuel, vous avez peut-être même déjà rencontré votre futur cercle de relations. Vous avez une existence, un rôle, des repères qui vous faciliteront la transition.

     

    ************

    « Changer de ville – la réflexionIncident sur flux RSS »
    Partager via Gmail