• Quand on est deux bientôt en retraite

    Si vous êtes seul, la préparation de votre retraite peut se faire à votre rythme. Mais si vous êtes deux à partir, en même temps ou en léger décalé, il est possible qu’apparaissent des désaccords sur la façon de préparer ce départ.

    Imaginons que vous soyez convaincu(e) qu’il vous faut préparer votre départ bien avant la date fatidique. Vous y pensez, vous imaginez déjà ce que vous ferez, vous prenez des contacts pour vous essayer à des activités.

    Mais que se passe-t-il si votre conjoint(e) n’est pas dans la même dynamique ? Si pour lui/elle, « on aura bien le temps de voir quand le moment sera venu » ?

     Vous avez peut-être essayé d’aborder le sujet, surtout si vous êtes dans une démarche dynamique, et si vous sentez que lui/elle se retranche dans une attitude passive. La discussion a sans doute tourné court, ou même abouti à une friction.

    Hélas, la vision de la vie post-travail est une affaire très personnelle.

     --------------

    Certains sont prêts tôt, peut-être parce que pour eux ce sera la continuité d’une vie hors travail déjà existante, ou parce qu’ils sont désireux de profiter au mieux de cette nouvelle tranche de vie.

    D’autre ont besoin de plus de réflexion. Ils sont peut-être accaparés par les soucis du moment, professionnels ou familiaux. Ils peuvent envisager la retraite comme une longue période de vacances ou de liberté, qu’il est inutile de préparer. Il se peut aussi qu’ils en aient peur : ils vont devoir faire le deuil de celui/celle qu’ils étaient professionnellement. Parfois, ils ne savent tout simplement pas, vraiment, ce qu’ils aimeraient faire, qui ils aimeraient être : ils sont perdus entre les envies qu’ils avaient quand ils étaient jeunes, et les contraintes d’âge qu’ils commencent à ressentir.

    Peut-être réalisent-ils également, sans le dire, que la logique de la vie à deux construite pendant la période travail va être remise en cause dans la période retraite. Il y a ceux qui voudraient une retraite fusionnelle, une vie à deux de chaque instant, quand leur conjoint préfère des moments communs entrecoupés de moments bien à soi. Ou l’inverse.

     --------------

    Essayez de vous mettre à la place de votre conjoint, de regarder par ses yeux, pour mieux comprendre ce qu’il/elle dit, ou ne dit pas.

    Comment ressent-il/elle vos préoccupations ? Si vous lui en parlez beaucoup, ou souvent, pourrait-il/elle penser que vous êtes angoissé/e à l’approche de la retraite ? À sa façon, il/elle essaye peut-être simplement de ne pas vous inquiéter davantage. Si c’est le cas, vous aurez plus d’écoute en lui montrant que vous êtes calme, que votre démarche est rationnelle, réfléchie.

    Constate-t-il/elle que vos envies ne coïncident pas du tout à ce qu’il/elle souhaiterait pour votre retraite ? Son refus d’en parler vient peut-être d’une inquiétude par rapport à votre futur mode de vie commune. Pouvez-vous le/la rassurer ?

     --------------

    Bien sûr, c’est toujours mieux quand le couple peut parler, évoluer ensemble, petit à petit. Vous essayerez de comprendre l’autre, de persévérer, sans aller jusqu’au blocage toutefois. Si la discussion sereine est impossible, le mieux est parfois de temporiser les explications,  le temps que le stress retombe.

     C’est là que les amis, les collègues sont utiles, pour pouvoir parler, et surtout pour entendre que les autres traversent eux-aussi les mêmes soucis. Heureusement que vous n’avez pas attendu d’être isolé(e) pour vous en soucier !

    Dans tous les cas, que l’absence de projet commun ne vous empêche pas de vous préparer, vous, autant que possible. Ce que vous apprendrez, les relations que vous vous ferez, les choix que vous initierez seront toujours utiles, à un moment où à un autre.

     

     

    ********************

    « Table des matièresUn peu de boule de cristal ? »
    Partager via Gmail